• 05 février : cérémonie des Doigts d'or

    Mardi 5 février au Hangar de la Cépière :
    6e Cérémonie des Doigts d'Or à Toulouse avec Patrick de Valette
    Demain de 19:30 à 22:00
     Billets (5 euros.) : www.helloasso.com

    5 février : cérémonie des Doigts d'or

    5 février : cérémonie des Doigts d'or
    ceremoniedesdoigtsdor@gmail.com
     La Cérémonie des Doigts d’Or - Les Oscars du Capitalisme est un événement annuel qui existe depuis 2014. Il est organisé par la Compagnie Triple A & l’Eglise de la Très Sainte Consommation, et co-écrit, mis en scène et présenté par Alessandro Di Giuseppe et Aurélien Ambach Albertini.  
     
    Chaque année, des centaines de spectateurs se ruent pour assister à la Cérémonie des Doigts d'Or, qui récompense les serviteurs les plus zélés du Capital et de la Sainte Croissance !
    Chaque année, le PAP'40 de l’Église de la Très Sainte Consommation, le Cardinal Triple A et ses fidèles remettent cette statuette en or tant convoitée, qui peut aussi bien récompenser l'ensemble d'une œuvre consacrée au grand Capital que lancer une carrière d'opportuniste de premier plan. Cette récompense, c'est... le Doigt d'Or !
    La soirée consiste en une rétrospective des vidéos marquantes de l’année, une sorte de zapping des séquences cultes de l'année prouvant que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes... surtout pour les plus riches de la planète ! Comme pour les Césars, une fois le gagnant désigné, un représentant monte à la tribune pour se féliciter d’avoir gagné, c'est l'occasion d'entendre de joyeux discours bien assaisonnés dans la tradition du rire de résistance.
    La Cérémonie des Doigts d’Or - Les Oscars du Capitalisme est un événement annuel qui existe depuis 2014. Il est organisé par la Compagnie Triple A & l’Eglise de la Très Sainte Consommation, et co-écrit, mis en scène et présenté par Alessandro Di Giuseppe et Aurélien Ambach Albertini.  
    Organisée par la compagnie lilloise Triple A, avec l’association La Boîte sans projet et le journal Fakir, la cérémonie des Doigts d’Or . En maîtres de cérémonie, le PAP’40 et le cardinal Triple A de l’église de la Très Sainte Consommation remettront une statuette en or à tous ceux qui ont porté haut, et publiquement, les idées du capitalisme.
    Depuis 2014, la soirée mise en scène par Aurélien Ambach Albertini consiste en une sorte de zapping des vidéos cultes de l’année sur les plus riches de la planète. Comme pour les Césars, une fois le gagnant désigné, un représentant monte à la tribune pour se féliciter d’avoir gagné, et prononcer un discours. Comme pour les Césars, il y a plusieurs catégories : meilleure publicité, meilleure réplique, meilleure fraude, meilleur discours anti-migrants, Doigt d’Or du féminisme. Cette 6e édition n’épargnera sans doute pas le président de la République ou les Gilets jaunes.
    Les Doigts d’Or, Tarif : 5 euros.
     
    « Cette cérémonie a 6 ans. L’an dernier, on l’a aussi vécue à Paris. Mais cette année, on a voulu aller plus loin pour toucher un public plus large : une tournée de 18 villes en France et une en Belgique marque cette édition 2019 », explique-t-il.
    Dans les autres villes, c’est exactement le même spectacle qui sera partagé, mais Lille aura la primeur des nominations !
    C’est un véritable spectacle que sont ces oscars du capitalisme !
    C’est une sorte de zapping des images marquantes de l’année, souvent choquantes. On essaie d’en rire, même si c’est parfois difficile… »
    C’est l’ironie qui a été choisie, « avec une dimension carnavalesque : on incarne celui qu’on dénonce ».
     
    Le rire de résistance
    « L’idée, c’est d’alerter, d’informer sur l’état de notre monde, note Aurélien Ambach-Albertini, alias le cardinal Triple A. On fait parfois l’autruche car c’est trop angoissant. Le faire ensemble et se servir du rire de résistance permet d’exorciser les mauvaises nouvelles. »
    Il parle même de « coup de pied au cul, pour inviter à réfléchir et à faire plus d’effort pour changer le monde »
    Aussi, la cérémonie veut donner quelques notes d’espoir, en rendant hommage, toujours sous forme ironique, à ceux qui agissent positivement. Par exemple, Nicolas Hulot est baptisé « traître utopiste » et Greenpeace « organisation éco-terroriste ». Il faut comprendre l’inverse bien sûr !

     

    -- 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :